Mots-clefs

L’impact solidaire des entreprises à la loupe

Pratique courante en Grande-Bretagne, l’« impact investing » – la mesure sociale des projets – se développe en France. L’enjeu pour les entreprises : pouvoir prouver à leurs investisseurs leur efficacité en termes social et environnemental.

La mesure d’impact a le vent en poupe. Des jeunes pousses de l’économie sociale et solidaire (ESS) jusqu’aux multinationales du CAC 40, un nombre croissant d’acteurs économiques cherchent à évaluer l’impact social et environnemental de leur activité. Relativement nouvelle en France, cette pratique est courante en Grande-Bretagne, où l’on parle d’« impact investing ». Une évolution qui pourrait avoir de lourdes conséquences, en particulier pour le financement des acteurs de l’ESS.

« Auparavant, les entreprises nous donnaient de l’argent et nous faisaient ­confiance pour bien l’utiliser, confie un responsable associatif. Désormais, elles nous demandent de démontrer l’efficacité de nos actions, chiffres à l’appui. »En mars, Impact², le rendez-vous ­annuel « de l’économie solidaire, durable et inclusive », a fêté sa 7e édition à ­Paris. Et, en juin, a été lancé le premier fonds « à impact » en France. Derrière ces deux projets, Nicolas Hazard, président du Comptoir de l’innovation. Ce jeune trentenaire a su convaincre la Caisse des dépôts et ses six partenaires (BNP Paribas, CNP Assurances, Crédit coopératif…) de lui confier la gestion d’un fonds de soutien à l’ESS de 100 millions d’euros.

Innovation« La grande innovation, c’est la mesure de l’impact social des projets, à travers un outil de mesure et de suivi baptisé Mesis, qui a vocation à devenir une norme de place », explique M. Hazard. Pour chaque entreprise analysée, une grille de 300 critères financiers et de 300 critères extrafinanciers est remplie.

Cette démarche vise à mesurer les « externalités » des entreprises, qu’elles soient positives ou négatives : création d’emplois, émissions de CO2, coût sociétal ou environnemental… De quoi comparer les entreprises entre elles, ce que les agences de notation telles que Vigeo ne font pas.

L’engouement pour la mesure d’impact a cependant un côté « tarte à la crème » et n’échappe pas aux critiques.L’engouement…

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/argent/article/2017/06/06/l-impact-solidaire-des-entreprises-a-la-loupe_5139429_1657007.html#Zo3wvFK0OR02vbWC.99

Publicités