Mots-clefs

, ,

La Physiocratie: une école de pensée économique en plein cœur du Château de Versailles.

La conception physiocrate de l’économie est née en France vers 1750 et a connu son apogée au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le but de ce courant est de mettre en place les outils qui permettront au Roi de France de mieux mesurer la création de richesse et ainsi pouvoir faire de meilleures lois permettant d’éviter les disettes via une meilleure production et une meilleure répartition de la richesse.  

Le devoir de réserve de François Quesnay à l’endroit de sa Majesté le conduit à former une école de pensée qui traite des questions économiques de l’époque et à s’entourer de personnes penseurs et sachants, qui vont à leur manière véhiculer les idées de la physiocratie. Si nombre d’entre eux l’appellent « maître », c’est par déférence à son savoir et non pour une quelconque fascination. A aucun moment Quesnay, n’a voulu perpétuer ce savoir, ni être le mentor de quiconque.

Mirabeau, fidèle compagnon, le groupe des sympathisants ne forment par un groupe de disciples, le seul continuateur avéré de Quesnay et de Mirabeau fut du Pont de Nemours (1799-1817), en qui ils virent leur successeur malgré son départ aux États-Unis d’Amérique. Il y a un groupe de sympathisants dissidents, De Gournay (1712-1759) Turgot (1721-1781), le Mercier de la Rivière (1719-1801) et l’Abbé Baudeau (1730-1792 ), Richard Cantillon (1680-1734).  

Quesnay lui-même ne se doutait certainement pas que ses appartements du Château de Versailles hébergeaient le premier centre de la pensée économique française et européenne dont il deviendrait le chef de file. Sans doute, l’exposé d’un système économique gouverné par des lois naturelles assimilées à des lois providentielles et prééminence d’un ordre naturel voulu par Dieu devenant alors un ordre providentiel. Cette idée donne à ses détracteurs, la critique d’une approche théocratique de l’économie. Dieu, la Providence, gouverne. Mais dans ce cas, qui peut démentir que « la fameuse main invisible » de Smith ne soit pas la main de Dieu ? Dans le contexte de l’époque, pour Quesnay, qui peut commander au Roi de mener une politique économique conforme aux intérêts du Royaume, si ce n’est Dieu.  

A suivre…

Mohamed OULED

 

 

Publicités